Le Scaphandre et le Papillon

Publié le par Les amis de la Flottille 4F

 

Lors de sa première projection publique hier au cinéma Le Familia de Berck, le Scaphandre et le Papillon a reçu un accueil ému autant qu’enthousiaste de la part du  public berckois.


Comment d’ailleurs rester insensible à un tel film dont l'essentiel de l'histoire se déroule et a été tournée au sein de l'Hôpital Maritime de Berck sur Mer ?

 

Cette  bouleversante aventure humaine a laissé sans voix un public qui a attendu presque religieusement la fin du générique pour manifester son émotion et pour applaudir un film qui rend hommage à la qualité des soins dispensés dans nos hôpitaux berckois.

 

Les marins de la Flottille 4F, qui au cours de leur déplacement à Berck, en décembre dernier, ont visité l’Hôpital Maritime, reconnaîtront sans difficulté la piscine de l’établissement ainsi que des couloirs et des salles de soins traversés.

 

Les autres reconnaîtront la plage de Berck, les dunes, le phare, l’esplanade, l’église Notre Dame des Sables...

 

Un film bouleversant, pas "pleurnichard", à voir impérativement… et primé au festival de Cannes par l'attribution du prix de la mise en scène à Julian Schnabel.

Synopsis :

Le 8 décembre 1995, un accident vasculaire brutal a plongé Jean-Dominique BAUBY, journaliste et père de deux enfants, dans un coma profond.

Quand il en sortit, toutes ses fonctions motrices étaient détériorées.

Atteint de ce que la médecine appelle le «locked-in syndrome» - littéralement : enfermé à l’intérieur de lui-même - , il ne pouvait plus bouger, parler ni même respirer sans assistance.

 

Dans ce corps inerte, seul un œil bouge. Cet œil, devient son lien avec le monde, avec les autres, avec la vie.

 

Il cligne une fois pour dire «oui», deux fois pour dire «non». Avec son œil, il arrête l’attention de son visiteur sur les lettres de l’alphabet qu’on lui dicte et forme des mots, des phrases, des pages entières…

Avec son œil, il écrit ce livre, « Le Scaphandre et le papillon », dont chaque matin pendant des semaines, il a mémorisé les phrases avant de les dicter...

 

Sous la bulle de verre de son scaphandre où volent des papillons, il nous envoie les images d’un monde où il ne reste rien qu’un esprit à l’œuvre.


Tour à tour sarcastique et désenchanté, Jean-Do n’a plus que les mots pour vivre les fragments d’une existence qu’il qualifie de mutante…

(source : http://www.pathedistribution.com/accueil/filmavenir.php?IDFilm=1704)

Le site du film : http://www.lescaphandre-lefilm.com

 

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article